Rachat de SFRLe paysage actuel de la téléphonie mobile est actuellement composé de 4 opérateurs. Il y a le leader Orange, anciennement France Télécom, qui compte 27 millions d’abonnés dans l’hexagone. Le plus petit opérateur est Free Mobile, il s’est lancé sur le marché il y a seulement 2 ans et compte quant à lui déjà près de 7,5 millions d’abonnés. Puis on retrouve les deux groupes qui seraient susceptibles de ne former qu’un opérateur dans les prochaines semaines, il s’agit de Bouygues Télécom et de SFR.

Le rachat par Bouygues

De nombreux changements sont à prévoir si Bouygues parvient à racheter SFR. D’une part le réseau de Bouygues Telecom serait totalement récupéré par Free Mobile, pour un montant avoisinant 1,8 milliard d’euros. D’autre part l’opérateur Bouygues, qui pourrait changer de nom, deviendrait leader avec 3,2 millions d’abonnés. La vente du réseau de Bouygues à Free Mobile permettrait une meilleure répartition des antennes relais : cet aspect pourrait séduire l’Autorité de la concurrence qui pourrait craindre la montée en puissance de Bouygues dans l’univers de la téléphonie mobile. Les abonnés de la firme de Xavier Niel feraient partie des grands bénéficiaires de cette transaction. En effet leur opérateur serait doté de 5 fois plus d’antennes-relais. Si ce scénario se concrétise on peut craindre une nouvelle affaire d’entente sur les prix, opération beaucoup plus envisageable à 3 opérateurs qu’elle ne l’est aujourd’hui. Les opérateurs Français avaient été condamnés par le passé pour s’être répartis les parts du marché de la téléphonie mobile entre 1997 et 2000.

Le rachat par numéricable

L’opérateur de câble spécialisé dans la fibre, Numéricable, mettrait quant à lui sur la table la somme de 15 milliards d’euros pour l’acquisition de la société détenue par Vivendi. Les abonnés SFR ne devraient pas constater de changement si ce scénario était vérifié, hormis un changement de nom de l’opérateur. Numéricable n’est pas le favori puisque sa maison-mère est Luxembourgeoise, un sérieux désavantage par rapport au groupe Bouygues.
Source : www.francebleu.fr