atelier-objets-connectes

Les objets connectés sont de plus en plus nombreux

L’avènement des objets connectés se doit d’être un plus dans la vie de tous les jours. En effet, avec tous les objets connectés qui sortent chaque jour, nous sommes capables de surveiller notre sommeil et de l’améliorer, de mieux se brosser les dents, de surveiller sa maison… Notre Smartphone est la pierre angulaire de ces objets qui veulent à terme nous permettre de contrôler tout ce qui nous entoure. Avec ce flux de données impressionnant, il est normal que les assurances posent leur regard sur tout ceci.
Afin d’assurer une personne, que ce soit pour sa voiture, pour son habitation ou même pour sa vie, les assurances se basent sur des données démographiques, des statistiques, des rapports (ainsi que beaucoup d’autres paramètres) et en tirent des moyennes pour déterminer les seuils de remboursement auxquels ont le droit les assurés. Il ne faut pas perdre de vue qu’une assurance est souvent une société privée qui doit être bénéficiaire. Mais la limite est que chaque personne est un cas particulier et qu’il est difficile parfois de segmenter sa clientèle seulement sur quelques critères sans connaitre réellement sa vie.

Objets connectés: comment les assurances peuvent améliorer leur offre ?

Les assurances ont donc un rôle à jouer important dans l’implantation des objets connectés dans le quotidien des assurés. Les assurances pourront donc au mieux évaluer l’assurance qui correspondra à chaque personne en fonction de sa santé, de sa consommation, et même de sa conduite. C’est le projet qu’Allianz veut mener. En installant un boitier dans la voiture, habituellement réservé aux garagistes pour détecter les pannes d’un véhicule. Il permettrait de remonter via le Smartphone des données essentielles sur la conduite de l’assuré. Dans le cas où il aurait une conduite “sûre”, le coût de l’assurance baisserait et inversement. Mais pour Allianz, ce n’est pas qu’un moyen de contrôle, c’est également un outil sécuritaire. Dans le cas où la voiture subirait une perte de vitesse brusque, un appel serait dirigé vers le Smartphone du propriétaire afin de s’assurer qu’il ne soit pas dans un accident de la route. Si l’assuré ne répond pas, le GPS du téléphone délivrerait alors sa position et les secours seraient envoyés.
De la même manière lors d’une panne du véhicule, les données seront alors compilées et envoyées directement à l’assurance afin de dépêcher sur les lieux de la panne une assistance.
Bien évidemment les assurances devront proposer un service supplémentaire à ses assurés afin qu’ils choisissent cette nouvelle offre qui peut être un avantage ou un désavantage. On peut imaginer que pour l’assurance habitation, dans le futur, une assurance propose d’installer des capteurs permettant de vérifier qu’il n’y ait pas une fuite d’eau interne ou externe, que la maison soit bien verrouillée lorsque le dernier habitant quitte le domicile… Ces avantages permettront aux assurances d’analyser plus de données concernant les assurés. D’autres scénarios seraient à imaginer avec la santé. Bien évidemment, toutes ces “améliorations” seraient à soumettre à l’approbation du CNIL.

Source: journaldugeek.com

Dan