smartphone-431230_640

Comme vu dans l’article précédent, le GDPR entrera en vigueur le 25 mai 2018 en Europe. Il est donc important de bien comprendre comment se familiariser avec ce dernier et comment obtenir le consentement des clients.
Toutes les entreprises doivent vérifier si leur activité actuelle de traitement des données est conforme. Nous allons proposer ici des approches suggérées pour contacter les prospects et les clients inéligibles une fois que le GDPR entrera en vigueur en mai 2018.

Bien définir les prospects, les clients, et les ex-clients

  1. Prospect : personne qui a fourni ses coordonnées mais n’a pas encore effectué d’achat, de RDV ou d’inscription sur le site internet (s’il y a).
  2. Client : personne qui a franchi l’étape de l’achat, vous pouvez retrouver des informations sur le GDPR sur notre article précédent.
  3. Ex-client : quelqu’un qui était client mais ne l’est plus. Par exemple, chez SmsEnvoi.com, nous considérons un client comme “ex-client” près d’un an après son dernier achat car le SMS est un service que nos clients peuvent utiliser sur plusieurs mois.

Dans le cas des prospects et des clients expirés, il est probable que l’ obtention du consentement sera la base légale la plus appropriée pour communiquer avec eux, car les intérêts légitimes ne sont valables que lorsque vous pouvez démontrer une «relation client existante».

Obtenir le consentement après le GDPR

Si il y a toujours eu une case à cocher sur le site interne d’une entreprise au moment de collecter les données de ses clients, par exemple : “Oui, j’aimerais recevoir des informations nouvelles sur les produits et les services…”, ce qui permettra aux personnes de participer activement en cochant la case et de démontrer le consentement de l’entreprise.
En revanche, la plupart des entreprises ne l’ont pas fait auparavant, la case prévue à cet effet pouvant être “pré-cochée” ou l’étape était survolée lors de l’inscription. Il faudra modifier certaines choses pour être en règle avec le GDPR.
Dans ce cas là, ce n’est pas grave, l’entreprise pourra modifier tout cela. A l’avenir, il faudra que l’entreprise ajoute une case à cocher au moment de la collecte des données. Cette case devra être séparée des termes et des conditions et non pré-cochée.

Comment faire avec une base de donnée actuelle ?

Bon nombre d’entreprises ont déjà commencé à recevoir des e-mails ou des messages textes (SMS) de “re-permission” pour confirmer qu’elles souhaitent toujours recevoir des emails ou des messages textes de leur part.
En cas de non-réponse, les entreprises n’ayant pas confirmé qu’elles souhaitent toujours recevoir des emails/messages textes seront retirées des bases de données à partir du 25 mai 2018.
Si une entreprise n’a pas encore obtenu une acceptation de la part de ses clients/prospects, elle pourra par exemple obtenir leur consentement (obligation du GDPR) grâce à 3 façons que nous allons énoncer.
Tout d’abord, avant toute chose, il faut vérifier que les clients actuels ne se soient pas désinscrits des listes de contacts. Conformément à la loi en vigueur, il est interdit de contacter les personnes qui se sont désinscrites.

  • Consentement par l’email : envoi d’un email groupé aux clients pour leur demander s’ils souhaitent continuer à recevoir du contenu de la part d’une entreprise. Méthode facile, simple et bon marché. Cependant, le taux d’ouverture d’un email n’est pas forcément le plus élevé, ce qui limitera l’impact de la campagne.
  • Consentement par une enquête SMS : bien plus impactant sur les clients, le SMS est ouvert 98% du temps. C’est donc un moyen plus pertinent pour questionner les clients pour savoir s’ils souhaitent toujours recevoir les messages d’une entreprise. Une entreprise pourra par exemple faire une enquête auprès de ses clients par SMS.
  • Centre de préférences : une entreprise pourra aussi proposer à ses clients de remplir des préférences, par SMS par exemple, ce qui leur permettra de savoir si ce client souhaite toujours recevoir des messages de cette entreprise.

NB : Dès que le GDPR entrera en vigueur, au 25 mai 2018, tout prospect ou client inactif n’ayant pas spécifié qu’il souhaitait recevoir des messages de la part d’une entreprise devra être supprimé des bases de données de cette dernière.
Source : Esendex
 
Rendez-nous visite sur Google+